Taux d’endettement 50 % que faire ?

mars 11, 2019 6:07 Publié par Laissez vos commentaires




La restructuration de prêt ou rachat de crédit est reconnue comme un moyen permettant de mieux gérer le taux d’endettement. Le budget d’un foyer ou d’un emprunteur est considéré comme déséquilibré lorsque ses dépenses et charges de crédits dépassent la barre de 33 % des revenus. Au-dessus de ce seuil, les banques sont aussi réticentes à accepter un rachat de crédit. Cependant, il existe des cas exceptionnels où elles peuvent accepter de regrouper les prêts d’un surendetté à un taux d’endettement de plus de 50 %. Explications.

Les établissements bancaires utilisent cet indicateur lorsqu’un emprunteur sollicite un crédit. Il se réfère à la part de revenu qu’un particulier consacre au remboursement des crédits qu’il a souscrits. Cet élément conditionne l’octroi d’un prêt. Il se calcule par cette formule simple : charges/revenus fixes d’un foyerX100. Les charges incluent le remboursement de tous les crédits en cours, les éventuelles pensions à verser. Les revenus comprennent les salaires, les revenus fonciers, les aides personnalisés ainsi que les pensions diverses. Par exemple, un couple perçoit 3 900 euros par mois. Ils ont contracté un prêt immobilier de 900 euros et un prêt voiture de 200 euros. Leur ratio d’endettement est ainsi 28 %. Ils peuvent encore contracter un autre financement.
C’est qu’il faut savoir, c’est que plus une personne contracte un crédit, plus ce taux augmente à moins qu’il n’obtienne pas une hausse de salaire ou une hausse de revenu en même temps. Aussi, c’est sur ce taux que se base la demande d’un prêt bancaire. Dans le cas d’un rachat de crédit par exemple, les banques préconisent un taux d’endettement à ne pas dépasser de 33 % pour bénéficier de la restructuration. Mais les institutions financières peuvent négliger cette contrainte sous certains cas.

D’abord, si le ratio d’endettement est assez faible, il vaut mieux ne pas regrouper ses dettes car cette opération bancaire a aussi un coût non négligeable. Pour ce, le particulier qui souhaite une aération de son budget peut renégocier les modalités de remboursement de ses prêts auprès de ses créanciers. En outre, en resserrant ses finances et en réduisant certaines dépenses, il lui est possible de retrouver sa sérénité budgétaire. Par exemple, il peut diminuer le budget dédié aux loisirs et vacances jusqu’à ce qu’il finisse ses crédits.
Mais le fait est que la plupart des personnes qui sollicitent le rachat de crédit ont un endettement frôlant ou dépassant cette limite. Parmi les simulations faites sur notre site, nous avons même pu trouver des emprunteurs ayant un taux supérieur à 50 %, voire à 60 %. Ces emprunteurs sont les plus souvent des personnes victimes d’un aléa de la vie comme le divorce, la perte de travail ou l’hospitalisation pendant une longue durée. Ces situations impactent sur leurs revenus et leur capacité de remboursement.
Leurs cas figurent parmi les exceptions dont nous avions parlé. Il en est de même pour les personnes victimes d’un fichage ficp ou ayant fait l’objet de rejets de prélèvement. Ces profils emprunteur sont normalement rejetés par les banques, mais certaines peuvent accepter leur demande de rachat sous réserve de répondre à certains critères.
Voici quelques cas possibles permettant de bénéficier d’un rachat de crédit à plus de 33 % :

  • Le candidat au rachat a un endettement frôlant 40 % mais il a des revenus importants, dans les environs de 5 000 euros par exemple. Ce qui lui permet encore d’avoir un reste à vivre assez conséquent de plus de 2500 euros après le remboursement de ses crédits. Dans ce cas, si la situation professionnelle du candidat à l’emprunt est stable, la banque pourrait accepter sa demande de restructuration de prêt.
  • Le demandeur du rachat est propriétaire acquitté ou propriétaire accédant d’un bien immobilier. Suite à un accident de vie, il éprouve de difficulté de remboursement de dettes et son taux d’endettement a explosé à 50 %. Dans ce cas, il peut recourir à un courtier spécialisé en rachat susceptible de lui trouver une banque qui regroupe ses crédits. Rachat-crédit-rachat fait partie des courtiers expérimentés et sérieux qu’il peut contacter. Forts de nos expériences de plus de 30 ans dans ce métier et notre partenariat avec la plupart des banques de rachat, nous sommes en mesure de trouver une sortie d’endettement pour ces personnes. A noter que certaines banques rejettent les dossiers des fichées ficp et des emprunteurs surendettés. Mais parmi nos partenaires, nous en avons quelques-uns qui peuvent accepter le refinancement malgré ces conditions. Les particuliers intéressés auront à contacter un intermédiaire aguerri car sans renégociation de taux, les banques peuvent proposer un taux d’intérêt exorbitant pour ces profils.
  • le souscripteur au rachat a un taux d’intérêt de 40 % mais il n’a pas de revenus confortables. Or, il souhaite se faire racheter ses prêts à la consommation. Dans son cas, la mise en place d’un cautionnement bancaire lui permet d’accéder au rachat de créance.

Remarque : les banques peuvent proposer la mise en avant d’une garantie hypothécaire pour les profils surendettés. Cette sûreté leur permet de s’assurer qu’ils peuvent récupérer leur argent en vendant le bien hypothéqué en cas du non-remboursement du prêt. A l’inverse, si ces emprunteurs arrivent à honorer le remboursement de leur rachat jusqu’à son terme (ce qui est le cas le plus courant), la garantie tombe d’elle-même un an après l’échéance du crédit.
La mise en place d’un rachat de crédit hypothécaire est assez coûteuse. C’est pourquoi, il est vivement conseillé de consulter rapidement un courtier dès que sa capacité de remboursement affiche une baisse. De plus, dès lors que le ratio d’endettement explose à 70 %, il est difficile de dénicher un établissement racheteur de ses crédits.

En contactant un courtier comme rachat-crédit-rachat, les souscripteurs peuvent profiter d’une baisse de mensualité jusqu’à 60 %.
Prenons un exemple pour illustrer ce cas :
Un couple de salariés en CDI dans une entreprise a souscrit à trois crédits : un prêt immobilier avec une mensualité de 620 euros par mois, un crédit auto avec une mensualité de 400 euros et un autre prêt renouvelable avec une mensualité de 130 euros. Le total de leurs charges de remboursement de crédits est 1 150 euros alors que leurs salaires cumulent à 2200 euros. Leur taux d’endettement environne ainsi à 52 % avec des fins de mois difficiles. Après avoir cherché sans trouver une banque qui peut consolider leurs dettes, il finit par se tourner vers un courtier expérimenté. Ce dernier a pu lui proposer une offre de rachat de crédit hypothécaire avec une durée sur 15 ans avec une mensualité de 600 euros. Ce qui lui permet de réduire son taux d’endettement à 27 %. Le taux d’endettement est donc réduit à moitié grâce au rachat de crédit.
Bon à savoir : le recours à un courtier expérimenté est recommandé pour tous les dossiers difficiles et gros endettement. Cela parce que les banques classent ces candidats au rachat parmi les profils à risque et même si elles leur octroient un crédit, elles peuvent leur proposer un taux élevé. Or, l’intercession d’un courtier permet de réduire le coût final du crédit en négociant le taux d’intérêt du prêt, l’assurance-emprunteur, les pénalités du remboursement du rachat etc.




Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *