Rachat de crédit surendettement Brive-la-Gaillarde

février 26, 2020 6:52 Publié par Laissez vos commentaires


L’endettement excessif est souvent caractérisé par l’impossibilité manifeste d’honorer ses dettes bancaires et ses autres dettes sociales. Cette situation financière précaire peut survenir à la suite d’une habitude de consommation sans compter, d’un accident de la vie comme l’hospitalisation sur une longue durée, de la mort d’un conjoint etc. Heureusement que les habitants qui se trouvent dans cette situation peuvent envisager la mise en place d’un rachat de crédit surendettement Brive-la-Gaillarde. Cette technique bancaire les aide à avoir un budget sain et sans incident de paiement.

La souscription à des prêts bancaires est chose courante chez la plupart des foyers français. On peut retrouver des particuliers qui accumulent jusqu’à une vingtaine de prêts. Cela s’explique par le fait que la société de consommation dans laquelle nous vivons favorise la contraction des crédits, mais les emprunteurs connaissent mal le coût de leurs emprunts et en accumulent au-delà de leur capacité de remboursement. Or, le fait de contracter plusieurs prêts impacte sur la solvabilité d’un emprunteur, s’il est en face d’un aléa de la vie. Lorsque le taux d’endettement d’un emprunteur dépasse 70 %, il est considéré comme surendetté. En fait, cette situation de surendettement ne touche pas uniquement les ménages brivistes. La commune de Brive-la-Gaillarde est également victime de l’endettement excessif si on se réfère à ses dettes de 89 348 000 euros pour l’année 2014. La commune peut régler ces dettes au bout de quelques années grâce aux impôts payés par la population locale, ce qui n’est pas le cas pour les emprunteurs brivistes.
Ces derniers doivent envisager le regroupement de dettes s’ils souhaitent sortir la tête dans l’eau et recommencer sur de nouvelles bases financières. Le fonctionnement de ce rachat de crédit surendettement Brive-la-Gaillarde est simple. Un établissement bancaire concurrent effectue le rachat des prêts préexistants d’un emprunteur. Ce faisant, il peut s’acquitter des indemnités de remboursement anticipé. Il troque les anciens prêts de différentes natures (crédits conso, prêt immobilier, crédits renouvelables, crédits affectés…) par un nouvel emprunt regroupé avec un taux unique et une unique mensualité. Le montant de cette charge mensuelle est adouci en adéquation avec la capacité de remboursement de l’emprunteur. L’allègement de la mensualité peut atteindre 60 %, voire plus chez certains organismes financiers.
Cette stratégie financière vise à permettre à l’emprunteur briviste de renouer avec son pouvoir d’achat tout en réduisant son taux d’endettement. En effet, si avant l’opération, son taux d’endettement atteignait 45 %, après la mise en place de ce montage, il peut être endetté à hauteur de 32 %.
Outre le fait de bénéficier d’une faible mensualité et d’un allongement de la durée du paiement de la nouvelle dette, la banque racheteuse permet au souscripteur de demander une trésorerie. C’est une enveloppe optionnelle dont le montant ne peut généralement pas dépasser 15 % au maximum du coût total du rachat. Cette liquidité peut être utilisée au financement des projets à des fins personnels comme l’achat d’une voiture, le financement d’un mariage, d’un voyage, des travaux de réhabilitation de son bien immobilier etc.
A noter cependant que ce prêt supplémentaire peut majorer le coût total du crédit.

D’abord, cette opération est valable pour la plupart des profils emprunteurs quelle que soit leur catégorie socio-professionnelle : salarié, travailleur indépendant, retraité, fonctionnaire, étudiant etc. Pour monter cette technique bancaire, un emprunteur peut choisir entre deux solutions : soit il effectue lui-même le démarchage des banques et le montage de son dossier, soit il délègue cette tâche à un courtier. La première solution est à conseiller s’il a beaucoup du temps à consacrer à cette recherche et s’il a une bonne notion du marché et de la culture de comparaison de taux d’intérêt et la négociation des autres paramètres de cette opération.
En revanche, s’il s’agit d’un dossier compliqué d’un emprunteur surendetté, le recours à un courtier en rachat de crédit surendettement Brive-la-Gaillarde est fortement à préconiser. Ce professionnel en courtage peut l’aider à décrocher un contrat de regroupement de dettes aux meilleures conditions. Et ce, même s’il est victime d’un fichage FICP, FCC ou fortement surendetté à plus de 50 %. Un tel profil est souvent rejeté par les banques à cause de son insolvabilité, mais s’il est propriétaire accédant ou ayant déjà acquitté son bien immobilier, il peut accéder à ce refinancement grâce à notre aide.
Par ailleurs, il faut souligner que les offres d’un courtier en rachat sont toujours intéressantes dans la recherche de cette sortie d’endettement. C’est dû au fait qu’il entretient une relation privilégiée avec les banques qui lui proposent des taux d’intérêt et des conditions de rachat plus compétitives. Cela parce qu’il leur apporte des clients. Un emprunteur qui effectue seul cette demande de rachat ne peut pas dénicher un taux d’intérêt plus abordable qu’un autre accompagné par un courtier.
L’intercession d’un courtier permet également d’accélérer le temps d’attente à l’obtention de cette solution financière. En effet, si l’emprunteur effectue seul cette recherche de regroupement de dettes surendettement Brive-la-Gaillarde, cela peut lui prendre 3 à 6 mois, voire plus avec l’attente de l’avis des banques, la négociation etc. Or, en bénéficiant de l’expertise d’un courtier spécialisé en surendettement, il peut restructurer ses prêts au bout d’1 à 2 mois en fonction de la rapidité avec laquelle il complète son dossier.
Rappelons que selon la loi Murcef, le recours à un courtier n’est pas payant sauf si le souscripteur à un crédit accepte la solution financière proposée par l’intermédiaire en opérations bancaires.

Les Brivistes submergés par leurs dettes peuvent commencer par l’étape de simulation de rachat sur notre site. Cette démarche est souvent incontournable lors de la demande de ce financement, que l’on contacte directement une banque ou que l’on passe par un courtier. Lors de cette simulation, le candidat au rachat a à remplir les données financières telles que le montant de leurs encours de différentes dettes (dettes immobilières, dettes à la consommation), le capital restant dû à payer, leurs rentrées et charges récurrents par mois, la trésorerie qu’ils souhaitent obtenir… Après réception de ces informations financières, notre spécialiste les analyse afin d’évaluer la faisabilité de l’opération. Si les données correspondent aux critères d’octroi de nos partenaires bancaires, il les consulte afin d’obtenir leurs propositions de rachat. Il trie ensuite les meilleures propositions en termes de coût et de modalités de remboursement et les présente au souscripteur. Ces offres sont valides pour une durée d’1 à 2 mois au maximum. Passé ce délai, le taux d’intérêt et les conditions inscrites dans l’offre ne sont plus valables. Si l’emprunteur renvoie à la banque l’offre de rachat pendant le délai indiqué, il peut accéder à ce montage après le délai de renonciation de 10 ou de 14 jours.
Enfin, concernant nos rémunérations, ils sont généralement compris entre 1 % à 5 % du coût total de l’opération. La différence de taux dépend de la complexité du montage et du temps que nous avons passé dans la recherche de ce refinancement.




Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *