Qui peut bénéficier du rachat de crédit ?

mars 26, 2019 6:20 Publié par Laissez vos commentaires

 

L’endettement excessif peut toucher un foyer ou un ménage suite à la souscription d’un trop grand nombre de crédits ou suite à un imprévu de la vie. Or, le fait d’afficher un défaut de paiement de mensualités à plusieurs reprises entraine le fichage FICP et les poursuites des créanciers. Face à cette situation, les emprunteurs prévoyants préfèrent chercher rapidement un établissement de rachat pour regrouper leurs crédits. Ce sont d’ailleurs ces profils qui constituent le plus grand nombre des demandeurs de rachat. Outre les personnes en situation d’endettement ou de surendettement, qui peut bénéficier de ce coup de pouce financier ? Réponses dans l’article suivant.

Cette technique bancaire est accessible à toute personne quelle que soit sa catégorie socio-professionnelle, à condition qu’elle réponde aux critères d’octroi des banques. Voici une liste de ces critères :

  • être majeur et avoir une situation professionnelle et familiale stable :
    pour pouvoir faire une demande de regroupement de dettes, l’emprunteur doit d’abord avoir la majorité civile, c’est-à-dire, être âgé de 18 ans et ne pas être sous tutelle. Quant à l’âge limite de fin de rachat, il est généralement fixé à 80 ans pour un regroupement classique contre 90 ans pour un rachat de crédit hypothécaire. Outre le critère d’âge, la condition la plus importante pour les banques est l’état des finances de l’emprunteur. Elles le jugent à partir de la stabilité professionnelle et du montant de revenus réguliers (salaires ou bénéfices dans le cas des professions libérales) du demandeur. Les personnes ayant un contrat de travail indéterminé, cadre et fonctionnaires sont généralement les profils recherchés par les banques. Les CDD et intérim ont peu de chances de bénéficier d’un rachat, à moins qu’ils présentent un co-emprunteur en CDI. La situation familiale importe aussi pour les banques. Les établissements financiers préfèrent prêter à un couple marié, pacsé ou à un célibataire plutôt qu’à une personne en instance de divorce. Surtout si cette dernière n’a pas encore fini le partage de biens avec son ex-conjoint.
  • le taux d’endettement : les banques calculent le rapport entre les revenus et les charges de l’emprunteur pour déduire son taux d’endettement. Si celui-ci dépasse la fameuse barre de 33 %, elles peuvent refuser le rachat surtout si le candidat à l’emprunt a des revenus peu confortables. Il existe de nombreuses calculatrices gratuites en ligne, permettant de calculer ce taux. Mais si on souhaite  faire un calcul rapide, voici la formule : charges des différents crédits/total des revenus fixesx100.
  • les antécédents de paiement :
    les établissements financiers épluchent aussi l’historique bancaire du candidat à l’emprunt pour vérifier s’il n’y a pas d’incidents comme les découverts bancaires, rejets de prélèvements etc. De tels incidents peuvent devenir une source de refus d’octroi de crédits chez certaines banques. Mais si l’emprunteur fait appel à un courtier spécialisé en regroupement de dettes comme rachat-crédit-rachat, le fichage bancaire ne constitue pas un critère rédhibitoire pour nos banques partenaires. Il peut toujours y prétendre sous réserve de remplir certaines conditions. Il est conseillé de passer par l’outil de simulation sur notre site pour évaluer la faisabilité de l’opération.
    En revanche, les personnes fichées FCC ne peuvent pas accéder au rachat. A noter que les banques étudient à la loupe les 3 derniers relevés bancaires de l’emprunteur. Si ceux-ci montrent aussi des dépenses coûteuses comme un achat des habits de marque ou des sorties d’argent en jeux de casinos, cela constitue des points négatifs pour les établissements financiers. Evidemment, les demandeurs de rachat qui ont déjà un litige en cours avec une autre banque n’ont pas la faveur des établissements de crédit.
  • ne pas faire avoir fait l’objet d’un rachat un an avant la demande :
    les emprunteurs qui ont déjà bénéficié d’un rachat de crédit même partiel ne peuvent pas prétendre à un deuxième regroupement de dettes qu’un an après la première opération. Les personnes qui ont un dossier recevable à la commission de surendettement ne peuvent pas aussi prétendre à ce regroupement de dettes.
  • la garantie :
    En fonction du profil emprunteur, l’établissement prêteur pourrait exiger une garantie pour s’assurer du remboursement de son capital et de ses intérêts. Cette garantie est souvent demandé dans le cas d’un candidat au rachat ayant un taux d’endettement conséquent, fiché ficp, ou souhaitant avoir une trésorerie plus importante. Peu de banques acceptent aussi de mettre en place un rachat de crédit hypothécaire. Nous avons acquis une expertise dans la mise en place de cette solution avec nos partenaires bancaires. Pour nous contacter, il est également conseillé de commencer par la simulation du rachat pour voir la faisabilité de ce montage financier.
    A souligner que la garantie peut être un bien immobilier appartenant à l’emprunteur ou un cautionnement mutuelle. Un tiers peut cautionner aussi le prêt d’un candidat au rachat. Le fait de présenter une garantie rassure les banques sur l’intérêt de l’opération car elles évitent au maximum les personnes non solvables. En cas de non-paiement de la dette, le fait d’hypothéquer son bien immobilier donne à la banque le plein droit de saisir le bien en question et de la vendre aux enchères. Cela leur permet de récupérer leur argent. C’est pourquoi, il est complètement à déconseiller de choisir cette solution si le montant de ses dettes à reprendre est peu conséquent ou si sa situation financière risque de s’aggraver.
    En revanche, si l’emprunteur arrive à régler la dette selon les conditions du contrat, l’hypothèque tombe d’elle-même et le bien immobilier lui appartient toujours.
  • le reste à vivre :
    Il s’agit du revenu restant par personne après le paiement de la mensualité. Plus ce montant est élevé, plus l’emprunteur a la chance de se voir accorder sa demande de restructuration de prêt, même s’il a un taux dépassant le seuil indiqué.
  • l’objet du rachat de crédit :
    Le nombre des dettes à regrouper doit être au minimum 2. Les prêts perso, crédits à la consommation, prêt revolving, prêt immobilier, travaux etc. peuvent être regroupés. Le candidat à l’emprunt peut aussi intégrer ses découverts bancaires et ses dettes sociales. En revanche, les dettes de jeux, dettes professionnelles ainsi que les crédits assurés par une assurance chômage décès invalidité ne peuvent pas être restructurées.

La restructuration de prêt ou rachat de crédit est souvent sollicitée par les personnes ayant une difficulté de paiement de mensualités. Cette opération leur permet d’améliorer leur taux d’endettement tout en honorant le remboursement de leur dette sans incidents.
Les emprunteurs qui souhaitent optimiser leur épargne tout en concrétisant des projets comme la réhabilitation de leur maison, la construction d’une véranda, d’un garage etc. font également appel à ce montage. En effet, dans le cadre de cette technique bancaire, ils peuvent profiter d’une trésorerie à un taux d’intérêt avantageux sans frais de dossier, s’ils sont éligibles à cet apport supplémentaire. La demande de cette trésorerie peut se faire lors de la simulation en ligne sur notre site. Dans la proposition envoyée par la suite au candidat au rachat, il y aura le montant de la trésorerie que la banque pourrait lui accorder.
Enfin, les emprunteurs ayant souscrit à un taux immobilier plus élevé, quelques années auparavant, recourent aussi à ce montage financier pour bénéficier d’une belle économie avec les différences de taux.

Tags : , ,



Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *