rachat crédit

Endettement excessif bancaire et rachat de crédit

mai 3, 2019 2:16 Publié par Laissez vos commentaires

 

 

Dans la société de consommation où nous vivons, beaucoup d’emprunteurs souscrivent à plus de 3 crédits. Certaines de ces dettes sont à court terme, d’autres à long terme comme celle d’un prêt immobilier. On parle d’un endettement excessif bancaire lorsqu’un débiteur n’a plus assez de ressources pour honorer ses mensualités et s’acquitter de ses dettes. Cette santé financière défaillante d’un emprunteur apparaît souvent après un accident de vie. Le rachat de crédit est considéré comme la solution la plus efficace pour redresser son budget. Explications.

Une personne est déjà endettée lorsqu’elle souscrit à un prêt bancaire. Parce que la banque a des dettes envers elle. Or, dans la société moderne, le système bancaire favorise l’accès à la consommation pour toutes les personnes ayant une situation quelque peu stable. L’établissement financier dispense aussi le crédit sans mettre en garde l’emprunteur sur le risque lié à l’excès des emprunts. Face aux pressions commerciales, des nombreux ménages contractent ainsi divers prêts pour acquérir des biens à la consommation avec les cartes de crédit, réserves d’argent ou avec les prêts affectés. C’est notamment la tranche d’âge des personnes entre 25 à 45 ans qui sont les plus concernés par cette accumulation de crédits à cause de leur réceptivité à la publicité sur les biens. Les emprunteurs plus âgés quant à eux, sont plus vigilants sur les effets d’une accumulation de dettes bancaires mais ils ne sont pas aussi épargnés par une situation de surendettement.

On parle d’un endettement excessif bancaire lorsque l’équilibre entre le revenu disponible d’un ménage et les charges de crédits bascule. La ressource financière du ménage n’est plus suffisante pour lui permettre de payer les dettes exigibles. Les pénalités financières risquent alors d’alourdir la dette d’origine et l’emprunteur aurait aussi à faire face à des problèmes de fichage ficp, de poursuite des créanciers pour non-paiement etc.

Lorsque le taux d’endettement d’un ménage frôle le 50 %, il s’agit déjà d’une situation de surendettement. Mais même dès qu’il dépasse 35 %, les établissements de rachat peuvent afficher une certaine réticence à accorder le rachat de crédit sauf si l’emprunteur dispose d’un reste à vivre confortable.

Ce montage financier est accessible à tout salarié, fonctionnaire, auto-entrepreneur, profession libérale, retraité… qui souhaite consolider ses différentes dettes bancaires en un seul et unique prêt. Il leur permet d’assainir son compte bancaire et d’alléger les charges des différents crédits. Les multiples crédits (prêt conso, travaux, prêt renouvelable, crédit voiture, LOA, crédit immobilier…) ainsi que ses dettes sociales et fiscales (arriérés du trésor public ou de loyer pour les locataires, factures non réglées d’électricité, de gaz, d’eau etc .) peuvent être consolidés au sein d’un même dossier.

Le rachat de crédit pour enrayer l’endettement bancaire se fait ainsi en fusionnant les différents emprunts en cours d’un emprunteur en un seul. En effectuant le remboursement anticipé de ses prêts et en soldant ses crédits, la banque de rachat lui proposer un nouveau contrat de prêt avec une diminution significative de l’unique mensualité et un taux unique revu à la baisse. Cette réduction du prélèvement mensuel pourrait aller jusqu’à 60 % du coût global de ses anciennes mensualités. L’organisme accorde également une possibilité d’allonger la durée du remboursement du prêt. De plus, l’établissement prêteur peut accorder une demande de trésorerie selon le profil emprunteur. Il s’agit d’une somme d’argent supplémentaire ayant le même taux d’intérêt renégocié du rachat. Le montant de cette enveloppe optionnelle dépend du taux d’endettement du souscripteur.

Par ailleurs, pour les propriétaires d’un bien immobilier, la mise en place de cette solution leur permet d’éviter l’inscription au fichier d’incident de crédits des particuliers ou au fichage bancaire.

Le regroupement de dettes permet ainsi de :

  • transformer les prêts à taux variables des crédits revolving et des autres emprunts en taux fixe
  • de n’effectuer chaque mois qu’un seul prélèvement pour le crédit regroupé.
  • de s’acquitter d’une mensualité faible en adéquation avec la baisse des revenus du souscripteur.
  • d’augmenter son reste à vivre et son pouvoir d’achat.
  • de n’avoir qu’un seul établissement bancaire pour simplifier le refinancement.
  • de se désendetter en allongeant la durée du remboursement. Ce qui permet à l’emprunteur d’éviter une situation financière compliquée suite à un nouvel aléa de la vie.
  • pour les emprunteurs qui sont éligibles à l’enveloppe optionnelle, le rachat de crédit les aide aussi à financer l’acquisition d’un nouveau véhicule, les travaux d’embellissement de leur bien immobilier, une somme d’argent pour finir l’étude de ses enfants…
  • enfin, cette solution financière lui permet aussi d’éviter les poursuites des créanciers ou pire le plan de surendettement. Le recours à la commission de surendettement pourrait en effet conduire à la liquidation judiciaire qui entraîne la vente forcée de son bien immobilier pour rembourser les créanciers.

Racheter ses crédits est non seulement une sortie d’endettement mais ce montage peut permettre aussi de dégager une belle économie. Seulement, les établissements financiers étudient à la demande les dossiers qui leur sont parvenus et n’octroient le refinancement qu’aux profils qu’ils considèrent solvables.

Ainsi, les organismes qui proposent le rachat recalent habituellement les personnes affichant un fichage ficp, des rejets de prélèvement, ou ayant un taux d’endettement supérieur à 35 %. Pour ce dernier cas, si l’emprunteur dispose d’un reste à vivre suffisant, ils peuvent être moins exigeants sur le seuil d’endettement à ne pas dépasser de 33 % de ses revenus. Pour rappel, on peut calculer ce taux d’endettement avec la formule suivante : charge des crédits et dépenses incompressibles journalier/revenus mensuels fixe X 100. De même, ils peuvent aussi refuser les demandes de regroupement de dettes d’un souscripteur au SMIC qui a un endettement de 28 % mais qui dispose d’un reste à vivre de 800 euros pour 3 personnes.

Mais la bonne nouvelle c’est qu’il existe des établissements bancaires qui acceptent de restructurer les dettes d’un demandeur de rachat surendetté ou fichés ficp s’il est propriétaire. Cette solution fait intervenir l’hypothèque du bien immobilier. Elle nécessite l’intervention d’un courtier pour négocier le taux d’intérêt, l’assurance-emprunteur et les pénalités de remboursement anticipé.

Pour ce faire, nous proposons à ces emprunteurs de nous contacter directement par mail pour nous présenter leur situation. Sinon, ils peuvent aussi passer par le simulateur sur notre site. Cet outil nous aide à mieux comprendre l’état financier du candidat au rachat. La simulation se fait en quelques minutes et ne coûte rien. Après avoir complété dûment les différents champs dans cette simulation, notre analyste étudie les données financières.

Si la demande de restructuration de prêt est jugée recevable, nous proposons une offre de prêt avec le taux moins faible que l’emprunteur peut accepter ou refuser. Cette offre contient la mensualité allégée, le coût total du nouveau crédit, le taux d’intérêt appliqué. Il lui sera aussi demandé de nous envoyer ses pièces justificatives afin que nous puissions constituer son dossier auprès de la banque.

Il peut retourner signée l’offre de prêt à l’établissement bancaire qui l’a émise s’il la trouve abordable. La mise en place du regroupement de dettes se fera 10 jours après la conclusion du contrat de prêt dans le cas d’un rachat de crédit immobilier ou après 14 jours dans le cadre d’un rachat de prêt à la consommation.

Tags : , , ,



Classés dans :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *